le site de l etrange et des mysteres histoires et mysteres, esoterisme, voyance, etrange
Histoires et Mysteres, le site de l'etrange Ecoute ce qui se raconte loin de ton pays...
1.jpg
 

Il est des lieux où la réalité et le mythe savent se côtoyer jusqu'à se confondre, il est des lieux ou la légende est si présente qu'elle nous laisse un morceau d'elle même pour nous affirmer son existence. A nous de savoir nous pencher pour ramasser ces parcelles d’Eternité que sont les croisettes de Bretagne..

pierredecroix

LA PlERRE

A une trentaine de kilomètres de Quimper, au cœur même du Finistère, le voyageur éclairé remarquera la magnifique petite chapelle de Coadry en Scaër et se laissera charmer par la simplicité de son architecture et la beauté de sa nef romane dont les fondations remontent au XI"' siècle. Sur la route, en rentrant vers le bourg de Scaër, il s'attardera au détour d'un chemin pour observer le soi d'un champ voisin et y découvrir avec stupéfaction son mystérieux trésor...

LA LÉGENDE RACONTE...

Il y a bien longtemps, se dressait à Coadry un temple païen (entendez par là sans aucun doutes un temple dédié aux divinités Celtiques).

Lorsque arrivèrent dans la région le père Ratian et Sainte Candide (patronne de Scaër), l'évangélisation fut immédiate et le temple délaissé si bien qu'il tomba rapidement en ruine et ne conserva pour ornement que ronces et épines et pour fidèles quelques vipères malfaisantes.

Quelque temps plus tard, le Comte de Trévalot, seigneur du pays, voit son château assiégé par son cruel et dangereux rival, le seigneur de Coatforn, village situé à 6 km au sud de Coadry. Une armée du sanguinaire seigneur de Coatforn est plus nombreuse, bientôt la place forte menace de tomber en ses mains. Désemparé et sentant sa dernière heure approcher, le Comte, comme il est pieux chrétien s'en remet à Dieu et fait le vœu en cas de victoire de construire une chapelle en l'honneur du Christ. Le miracle tant espéré se produit et le Comte a vite fait de mettre en déroute son dangereux adversaire.

L'ennemi étant vaincu, le vieux Comte se demande où il doit construire la chapelle. On lui suggère d'atteler un char à bœufs, de le remplir de pierres et de le laisser aller, livré à lui même. A l'endroit où ce curieux équipage s'arrêtera, on bâtira la chapelle du Christ. Les bœufs arrêtent leur libre course prés du vieux temple païen de Coadry et c'est donc à cet endroit choisi par Dieu lui même qu'est construite la chapelle de Coadry.

Dès le lendemain, ouvriers et architectes se rendent sur les lieux pour commencer la construction. Quel n'est pas leur surprise en constatant que les ronces qui couvraient le temple avaient disparu, remplacées par un jardin de fleurs magnifiques. Mais ce n'est pas tout! Les anciennes pierres du Temple étaient alignées le long des fondations et une source nouvelle avait jailli. Ses eaux miraculeuses auront la faculté de guérir tous les pèlerins malades qui se rendront à Coadry.

DE LA MAISON DU SEIGNEUR

La chapelle fût vite construite car les ouvriers travaillaient nuit et jour pour accomplir la volonté du Seigneur. Bientôt, on eût fini le gros des travaux et il restait à placer un clocher, le plus haut des alentours comme il se doit. Alors, on vit surgir de la forêt un géant qui se chargeât de la construction sans même utiliser le moindre échafaudage. Aujourd'hui encore, ce géant a sa tombe dans le petit village de Coadry. Deux croix celtiques la surmonte, séparées par une distance de 25 mètres. l'une est placée sur sa tête et l'autre sur ses pieds...

La chapelle ayant été construite et la source miraculeuse coulant en son flanc, le Comte de Trevalot fit savoir par monts et par vaux toutes ces merveilles.

Bientôt, les pèlerins accourent de toutes parts si bien qu'il faut construire de nombreuses hôtelleries pour pouvoir les héberger (certaines existent encore de nos jours).

D'après une très vieille gwerz bretonne, au XII"' siècle, la région connut une forte période de disette. Le nombre important des pèlerins en fût rendu responsable et le peuple décida de brûler la chapelle. Une première version de la légende veut que la fumée de l'incendie ait dispersé sur la terre des hommes d'innombrables petites pierres en forme de Croix afin de leur rappeler qui était leur véritable Seigneur. Quant à la seconde version de la légende, elle raconte qu'après l'incendie, un énorme orage éclata alors et l'on vit s'abattre sur le sol une pluie de pierres portant des croix, clous et couronnes rappelant ainsi aux hommes que c'était au nom du Christ que cette chapelle avait été élevée.

Le message de Dieu fut bien entendu, on ramassa les pierres, elles allaient servir de Talismans contre les naufrages, les chiens enragés, la foudre ... Mais le plus étonnant, c'est qu'on les ramasse encore...

LES PIERRES DE CROIX

33% de Silice, 48% d'Alumine, 2% de Magnésie, 17% de Sesquioxyde de fer : voici la simple composition d'une légende bien palpable et 100% mystérieuse.

En effet, si la croisette de Bretagne ne recèle pas, en elle même, de composantes

le Finistère au nord d l pour se terminer vers l~êîéc_ Kerzest, les cultivateurs en récoltent surtout aux labours d'automne. On en a même découverte une pesant 800g et mesurant 9 cm... De tout temps, les Pierres de Croix ont été en vogue. Déjà en 1974 Cambry nous signale que "les religieuses en faisaient des sachets qu'on suspendait au cou". Plus tard, elles deviendront bijoux et parures féminines. Naguère, le bedeau de Coadry les vendait encore aux pèlerins la veille du pardon.

On dit même que d'énormes quantités de ces pierres auraient été vendues pour être exportées vers les Etats Unis, mais cette information n'a pas pu être vérifiée.

De nos jours, ce commerce n'a plus lieu (ou presque), les gens ne croient plus aux vertus magiques des Pierres de Coray. Seuls les paysans du pays conservpnt ment leur collection de pierres et ne s'en sépareraient pour rien au monde, conscients tout simplement, qu'ils possèdent une parcelle de la légende et du mystère de leur région, une parcelle d'éternité...

Hon Jezus Christ evit e chkbor A zigasas var un douar Men rouz dre pe hini vouier E oa Jesus barx a beder.
(Notre Seigneur pour sa gloire, fit tomber sur la terre des pierres rousses qui firent savoir que c'était Jésus qu'on y priait) Extrait d'une vieille Gwerz Bretonne.

pierredecroix2

 

Articles en relation avec celui ci : 

 

(c) 1999-2015 Histoires et Mysteres v 3.0