Histoires et Mysteres, le site de l'etrange Ecoute ce qui se raconte loin de ton pays...

La protection contre les vampires diffère selon les pays et les cultures. Nos traditions judéo-chrétienne et nos influences culturelles nous poussent à croire que les vampires ont peur des crucifix ou des gousses d’ail. Il existe cependant des rites de protection bien plus sérieux et qui ont su traverser les temps pour continuer à exister de nos jours.

 

Dans les villages des Balkans, une tradition existe pour protéger les animaux attaqués par des vampires. Le “ feu de Misère ” a toujours été le rite sacré, et l’on en trouve trace dès le 10ème siècle.

L’abbé bénédictin de Senones, Dom Augustin Calmet, rapportait dans un procès verbal :

“ Les paysans slaves et bulgares se représentent la peste bovine comme un démon, un vampire malfaisant, que l'on peut tenir en échec en interposant une barrière de feu entre lui et les troupeaux. Une conception analogue était peut-être à l'origine de l'emploi du “ feu de Misère ” comme remède pour l'épizootie. Il semble qu'en certaines parties de l'Allemagne, les gens n'attendaient pas que la peste éclatât ; ils saisissaient l'occasion par les cheveux, et allumaient chaque année un “ feu de Misère ” pour prévenir la calamité. De même, en Pologne, dit-on, le jour de la Saint-Roch, les paysans allument dans les rues du village, chaque année, des feux, et ils les font traverser par le bétail pour le protéger contre l'épizootie. Nous avons vu que, dans les Hébrides (au nord de l'Ecosse), chaque année, on faisait faire au bétail le tour des “ feux de Beltane ” dans le même but. ”

“ Chez les peuples slaves, le “ feu de Misère ” semble destiné à combattre non pas tant des sorcières vivantes que les Vampires et autres mauvais esprits. Et la cérémonie vise plutôt à repousser ces créatures néfastes qu'à les consumer véritablement dans les flammes. Mais, pour ce qui nous intéresse ici, ces distinctions sont insignifiantes... ”

On trouve encore ces “ feux de Misère ” dans quelques parties d’Ecosse et d’Allemagne. Le “ feu de Misère ” est, comme son nom l’indique, un feu allumé par l’homme le plus âgé du village ou par un jeune garçon et une jeune fille. Il doit être allumé en frottant deux bâtons l’un contre l’autre. Les ou la personne allumant le feu, ne doivent pas porter le moindre objet en métal. Tous les feux du voisinage doivent être éteints tant à l’extérieur qu’à l’intérieur des habitations. Quand les premières flammes du “ feu de Misère ” apparaissaient, on rajoutait du bois sec et il se transformait en “ feu de Joie ”,à travers duquel on faisait traverser les animaux ayant été attaqués par un vampire. Une fois le feu éteint, les cendres étaient dispersées dans les champs.

Les hommes aussi ont voulu se protéger des créatures de la nuit. On trouve, sur des armes anciennes, des signes magiques et ésotériques de protection contre les vampires sur quelques armes anciennes, notamment des dagues et des épées. Outre le fait que représente l’épée dans la magie et la sorcellerie, on peut deviner que les propriétaires de ces armes devaient redouter les vampires. Les plus belles pièces connues viennent toutes de Serbie, d’Autriche et de Hongrie et datent du XVIIIème siècle.

Incantation de protection contre les Vampires

Esprits qui ravagez le ciel et la terre,
Esprits qui ravagez le pays tout entier, avec la force et la vitesse des géants,
Démons semblables à des taureaux enragés,
Spectres qui entrez avec fracas dans chaque demeure, démons éhontés.
Au nom de sept !
Sans souci, ils broient tout comme du grain, sans pitié.
Ils excellent leur haine contre l'humanité
Ils aspergent de pluies de sang, dévorant ses chairs et s'abreuvant à ses veines.
Là où ne repose l'image des dieux, ils font trembler le sol,
Dans le temple de Nabu qui fertilise les semailles.
Ce sont les démons de la violence, s'enivrants sans cesse de sang,
maudissons-les !
Afin qu'ils ne reviennent jamais plus parmis nous, par le pouvoir des dieux, nous vous exorcisons !
Par la puissance de la terre, soyez exorcisés !

 

vampires10