le site de l etrange et des mysteres histoires et mysteres, esoterisme, voyance, etrange
Histoires et Mysteres, le site de l'etrange Ecoute ce qui se raconte loin de ton pays...
1.jpg
 

Apparitions, spectres, ectoplasmes, fantômes, poltergeists ou esprits frappeurs. Les morts reviennent hanter les vivants recouverts de draps blancs et agitant les chaînes qui les retiennent dans notre monde. Dès l’antiquité, le philosophe Athénogore ayant acheté une maison, rapportait qu’elle était hantée. Un vieillard lui étant apparu en lui faisant signe de le suivre ; ce qu’il fît. Le fantôme le conduisit dans un endroit isolé du jardin et disparut après avoir indiqué le sol. Athénogore fit creuser à cet endroit là et on découvrit un squelette. Une sépulture décente fut construite et jamais plus on ne vit ce fantôme. Les romains croyaient réellement aux fantômes à tel point que leur législation prévoyait une possibilité de rupture du contrat de location d’une maison si elle se révélait hantée. Le Egyptiens pensaient que nous avions tous un double qui restait au moment de notre décès entre le monde des morts et des vivants afin de vérifier que les derniers hommages étaient correctement rendus au défunt. Dans le cas contraire, ce double hantait les descendants Nous retrouvons des traces de «pluies de pierres» dans divers documents anciens. Une comédie de PLAUTE, la Mostellaria, a pour sujet une maison hantée. Jusqu’à la révolution, les fantômes étaient pris très au sérieux. On pouvait, en effet, faire annuler un acte de vente pour cause de « manifestations fantomatiques ». Ce motif existe toujours en Italie. Le Parlement de Bordeaux, jadis, a souvent tranché des litiges de ce type par l'application de cette loi, alors que rapidement le Parlement de Paris fut plus circonspect et hésitait à donner raison au plaignant. MAXWELL, l'auteur des «phénomènes psychiques» qui fut procureur général près la Cour d'Appel de Bordeaux, a retrouvé trace de nombreux écrits et arrêts rendus par le Parlement de la ville au 18è siècle, d'où l'importance de la part des juristes d'un travail en parapsychologie.

Les Poltergeists ; Cette expression vient de l'allemand et signifie «esprit frappeur», caractérisant à l'origine ce que l'on nomme «raps», soit des bruits (vibrations moléculaires) de toute nature et de toute intensité (d'origine inconnue) que l'on rencontre donc fréquemment dans des maisons dites hantées. Ce mot «poltergeist» prend sur le registre des interprétations une place particulière liée à l'hypothèse spirite sous-jacente qui avait au siècle dernier une valeur prépondérante. Le mot « hanter » pris dans le sens de « fréquenter, visiter fréquemment », s'applique parfaitement bien aux «hantises» décrites au début du siècle par des chercheurs comme Ernest Bozzano qui mena dans les années 20 les premières expériences sur les lieux hantés. Ces événements correspondaient à des phénomènes de hantise de type subjectif (pouvant aller jusqu’à l'objectivation), appelés aujourd'hui percipience. La parapsychologie était alors en gestation. Un autre sens pour le mot hanter, propose : influence d'une personne ou d'un groupe... Il est intéressant de constater à travers ces deux définitions l'évolution implicite des idées qui correspond historiquement à une transformation réelle de l'approche du phénomène : nous sommes allés d'une approche dirigée vers l'extérieur (spiritisme et magnétisme), à une approche tournée vers l'intérieur, vers l'Homme, mettant en jeu des techniques relevant de la psychologie, de la sociologie, de la psychanalyse, etc... Les américains et l'A.S.P.R.(American Society for Psychical Research, fondée en 1884 par William James) emploient cette formule : R.S.P.K., qui signifie : phénomène PK spontané récurrent (qui revient ou semble revenir sur lui-même) formule qui caractérise ce que nous appelons la petite hantise dans laquelle un sujet tient une place prépondérante. Pour de nombreux chercheurs et scientifiques, petite hantise et poltergeist sont devenus synonymes. L' incident paraît lié à un individu en situation conflictuelle, généralement d'âge pubertaire, qui extériorise des conflits par l'intermédiaire du vecteur Psi. Cette extériorisation, sur un plan matériel, peut prendre toutes les formes possibles (raps, télékinésie, apports, bruits, odeurs, déplacements d'objets, destruction, disparition, etc...). Il n'y a aucune limite que celle de l'imagination. La petite hantise se définira objectivement comme un événement limité dans le temps et dans l'espace en relation avec un groupe social restreint centré sur un individu. La terminologie classique oppose à ces manifestations la grande hantise qui semble ne pas être liée à un individu particulier et se produire sur une séquence beaucoup plus longue (Jusqu'à plusieurs siècles). On peut définir la grande hantise objectivement comme un événement PSI spontané se produisant dans le même lieu. Nous nous apercevons que les phénomènes observés dans la grande hantise s'insèrent dans la phénoménologie du PSI et sont fréquemment du même type (exemple : raps, apports, etc.) mettant en scène un thème qui gravite autour d'une histoire réelle ou d'une légende, connue par une population importante. Nous connaissons l'hypothèse spirite, occultiste, chrétienne, tellurique, et celle de la psychométrie ou mémoire des murs. En Europe, comme aux U.S.A., la distinction est toujours très nette entre petite hantise et grande hantise. De plus, pour les grandes hantises, la question est laissée en suspens... faisant planer un doute... un résidu de mythe, qui se trouve être un élément dynamisant d'une importance considérable auprès du public américain.

Les phénomènes de hantises de retrouvent dans tous les départements et tous les milieux, à la ville comme à la campagne. Leur durée varie de quelques heures à plusieurs années. Les chroniques rapportent que vers l'an 1000 il plut des pierres près du château de Joigny, durant trois années, sur la maison d'un gentilhomme, sans jamais blesser personne. Aujourd'hui, les phénomènes de hantise surviennent toujours, bien que leurs formes se soient modifiées; bon indice qui renseigne sur la transformation sociologique de la Société : Patriarcat, Famille, Travail, valeurs en décadence, remplacées par l'importance des mass media, de plus en plus influentes et dont le meilleur outil est la vitesse de l'information. Une observation nous conduit à déterminer l'épicentre des manifestations, bien souvent, autour d'une jeune personne. Si on l'éloigne du lieu de la manifestation, les phénomènes cessent. La méthode de l'éloignement du sujet est maintenant employée rapidement pour faire cesser ces phénomènes qui, au-delà de l'intérêt parapsychologique, sont de véritables épreuves subies par les familles au sein desquelles existait un climat favorable à une telle éclosion... Et le milieu dans lequel le phénomène se produit induit les premières réactions (le sujet n'est pas toujours découvert). Chez les uns, on fera appel à un prêtre qui pratiquera en général un exorcisme, dans le but de chasser l'esprit du mal, ou bien on fera appel à un «voyant» ou «sorcier» qui essayera de transférer les forces maléfiques. D'autres auront recours à la force publique dans le but de capturer le mauvais plaisant. Mais toutes ces méthodes ne donnent pas toujours le résultat escompté. Il faut alors procéder autrement !! Aujourd'hui beaucoup ont recours à un psychothérapeute ou à une équipe de spécialistes. Les forces de l'ordre tendent maintenant à limiter leur intervention au minimum, sauf s' il y a dépôt de plainte, et conseillent aux intéressés de consulter un psychiatre. Les cas où il est fait appel à la force publique sont une source de documents très importante recueillis ou observés par des personnes assermentées.

Observations de Phénomènes

Grêle de projectiles
Cette catégorie de phénomènes est très riche, et particulièrement intéressante de par ses aspects sociologiques, physiques et psychophysiques. Les témoins de chaque affaire sont beaucoup plus nombreux (plus de 50 ou de 100 personnes observent généralement ces phénomènes). Ces témoins appartiennent à un groupe défini en relation plus ou moins étroite avec la maison hantée (voisins, les habitants du village). D'où son caractère plus collectif. La durée et l'intensité des manifestations produites, se modifient dans ce sens. La quantité d'énergie disponible est considérable. Les phénomènes ne suivent pas les lois classiques de la physique (gravitation, thermodynamique)

Quelques cas célèbres :

Mâcon 1662 Grêle de pierres, 500 grammes, très chaude, tombe verticalement

Paris 1860 Grêle de pierres, 500 grammes, ont couvert le sol de la chambre. Les pierres arrivent par la fenêtre ouverte. Les volets fermés, les pierres passent par une fente en prenant la forme plate.

Siculiana (Italie) 1910, Grêle de pierres, 100 grammes, grande lenteur, comme portées. Les pierres ne blessent pas. (Ce qui est généralement le cas, même si elles atteignent des personnes.)

Ardin 1928, Grêle de pierres, 200 à 400 grammes, étendue restreinte de 50 m.

Ruines 1926, Grêle de pierres, 100 à 400 grammes, manquant rarement leur but ce qui paraît demander une certaine habileté.

Alpes Maritimies 1936, Grêle de pierres, 2 à 500 grammes, les cailloux prennent doucement contact avec le sol. 1945 Déplacements d'objets (flacon plat, tiède d'un côté, froid de l'autre).

Les pierres tombent sur une surface limitée, ce qui est généralement le cas comme à Ardin sur une étendue de 50 m, ou à Savigny sur le perron de la maison devant la porte de la cuisine, ou comme à St-Victor-la-Coste en 1937, les pierres tombent dans la maison par un trou de 7 cm existant dans la toiture. Certaines maisons sont bombardées avec du charbon, des boulons, des morceaux de bois (qui souvent se trouvent à proximité).

Déplacements d'objets, grêles de projectiles

A St-Georges-du-Vièvre, ce sont les flacons placés près des médailles de St Benoît qui tombent et se brisent sur le sol après le départ du curé venu exorciser la maison. A Savigny, le 6 janvier 1934, après quelques centaines de pierres, un nouveau projectile est lancé à Monsieur R., c'est une baguette de coudrier ployé en triangle, dont les pointes sont liées dans 5 pièces de nickel de 5 centimes. Monsieur R. «s'accrochait» toujours à une explication rationnelle des phénomènes et avait déclaré quelques jours plus tôt : «Ceux qui nous envoient des pierres feraient mieux de nous envoyer de l'argent...»

Pourquoi ces jets de pierres si souvent observés dans les cas de hantise ? Il nous faut sans doute remonter aux premiers âges de l'humanité, lorsque la lapidation était pratiquée pour tuer ou éloigner un membre banni de la communauté. C'est donc un acte violent et primitif. Cela souligne l'aspect collectif du phénomène. Si nous avons quelques rares cas où les grêles ont complètement détruit l'habitat, dans nos sociétés occidentales où le sur-moi de l'individu est beaucoup plus fort, la destructions' arrête le plus souvent à quelques tuiles et aux vitres de l'habitation. La même hypothèse peut s'appliquer au fait que les pierres ne blessent pas, même si elles touchent une personne.

La Télékinésie

A travers des centaines de cas on a souvent remarqué des déplacements d'objets de toute nature (table, vêtements, objets de toutes sortes et de toutes tailles ....) A St-Gorges-du-Vièvre, en 1930, un mortier de 22 kg fait un saut de 1 mètre et retombe sur le sol brisant un pavé. (ce même mortier sort plus tard d'un placard fermé d’où pénétration de la matière). A Savigny, 1932, un clapier est déplacé. Or, pour le transporter à sa place, il avait fallu 6 personnes. Dans d'autres cas : un manteau se promène à travers la pièce, le bras étendu comme si une personne l'occupait, un meuble se déplace lentement comme si quelqu'un le poussait.

Autres phénomènes observés dans les hantises

Phénomènes thermiques : souffle froid. Pyrobatie : des charbons ardents apparaissent sans brûler les individus et les objets avec lesquels ils entrent en contact. Des sujets tombent dans le f eu sans en ressentir les effets. Phénomènes auditifs :bruits divers (chaîne, plainte, soupir, voix, coups, etc...) Phénomènes olfactifs : odeurs diverses, souvent nauséabondes. Phénomènes visuels : brouillard, fumée, lueur, forme ectoplasmique humaine et animale. Phénomènes tactiles : des individus sont touchés, frappés généralement par une main. Phénomènes mécaniques: éclatements de lampes (14), billets écrits, etc...

Conséquences des phénomènes : des dégâts mineurs ou importants peuvent se produire (destruction de vaisselle, démontage d'appareil, destruction de vitres, etc.) Des nuisances répétées, des disparitions et des déplacements systématiques d'objets troublent le climat de la cellule familiale au point de déclencher dans certains cas une véritable psychose. Des actes criminels pourront être commis, destruction complète d'une demeure par jets de pierres, incendie, des personnes peuvent même trouver la mort d'une manière toujours indirecte. Les moyens d'investigation (caméra vidéo, magnétophone, appareils de mesure, etc.) permettent une exploration physique et psychologique authentifiant parfaitement le phénomène, mais deviennent également des variables parasites qui gênent et induisent souvent des manœuvres frauduleuses. Le problème de la mystification est posé.

Mystification et imposture

Ces variables parasites peuvent être tout simplement les spectateurs tentant de vérifier de visu ce qui se transmet de bouche à oreille. C'est ainsi qu'un individu qui est convaincu que la fraude existe ou qui en a le désir inconscient. ne pourra rien constater ou seulement des phénomènes frauduleux. La situation est d'ailleurs identique à celle observée dans les expérimentations avec médium. Aujourd'hui encore, beaucoup de personnes mal informées sur le problème parleront de fraude ou d'hallucination. C'est ce que les journaux ont bien souvent relaté avec des titres à sensation depuis de nombreuses années : «L'esprit frappeur était un adolescent de quinze ans», «La hantise de… enfin résolue, un jeune homme avoue avoir mystifié son entourage depuis le début», etc Le cas PUSRUCK (Allemagne 1972) avait débuté quelques mois plus tôt, après la mort de la grand-mère. Les phénomènes furent localisés autour des deux fillettes de la maison (raps et deux déplacements d'objets). Le professeur BENDER et son assistant Louis BELLANGER s'étaient déjà déplacés par deux fois, d'une part pour enregistrer les manifestations et d'autre part pour expliquer à la famille le caractère naturel de ces événements. Ce travail d'hygiène mentale est indispensable, l'action doit porter aussi bien sur le sujet que sur la cellule familiale. Dans ce cas précis le psychothérapeute avait pris le relais, aidé en cela par le curé de la paroisse, véritable expérimentateur, qui enregistra les bruits en prenant des photographies simultanées des fillettes allongées sur leur lit complètement découvertes, les bras croisés. Quelques mois plus tard les phénomènes reprirent et une équipe se rendit à PUSRUCK avec un équipement important (2 magnétoscopes, 4 magnétophones UHER). La camionnette installée derrière la ferme devint rapidement une petite régie et la chambre un véritable studio d'enregistrement pour deux vedettes en herbe. Dans de telles conditions, on peut comprendre que ces variables parasites induisent des manipulations frauduleuses qui ont été constatées.

Observation des sujets

Théorie des déclencheurs

Longtemps la hantise fut décrite comme un phénomène spontané, sans cause apparente. Depuis le début du siècle l'accent fut mis sur l'adolescent pubertaire qui, par un déplacement de l'énergie sexuelle, provoquait des manifestations.

Facteur de type objectif

- vente de la propriété : Lot-et-Garonne 1947. - Savigny-le-Vieux, Manche, 1932, départ en retraite. - Mort : Pusruck 1972 (grand mère). - Mort : Ile-et-Vilaine, 1938, «les faits ont commencé le jour où ma tante était sous le suaire. - Evénements traumatisants : 1933, quelques jours auparavant la jeune fille de 13 ans avait été suivie par un exhibitionniste. - veuvage plus ou moins récent.

Les phénomènes semblent donc débuter à la suite d'un choc affectif important qui peut immédiatement être mis en avant. Dans d'autres cas le problème devient plus complexe; les déclencheurs objectifs semblent ne pas exister mais nous constatons la présence de personnes qui peuvent perturber la cellule familiale, problème d'ordre psychopathologique à approfondir

- un enfant handicapé physique à Valence en Brie (1896); - une employée (bonne, servante) : La Ruine (1936) et Savigny (1932) - un neveu chez son oncle en Ille-et-Vilaine (1937); - un enfant de l'Assistance Publique en Côte d’Or (1949) et en Meurthe et Moselle (1945); - un enfant chez ses grands-parents dans le Doubs (1944) etc...

Facteur purement psychologique

Dans d'autres cas, aucun élément physique nouveau ne pourra être décelé et souvent les manifestations seront produites par un enfant en conflit avec sa famille ou un des membres (Seyssuel 1930). C'est donc un déclencheur purement psychologique dû à un changement important dans la psychologie de l'enfant, par rapport au milieu dans lequel il évolue. Nous touchons ici au jeu des relations interindividuelles conflictuelles, qui semble être à :' origine des manifestations, d'où la prépondérance du facteur psychologique qu'il soit induit objectivement ou subjectivement. Il y a toujours une transformation, une modification des relations interindividuelles.

Etat Physiologique

L'observation centrée sur le sujet renseigne souvent lorsque les documents le permettent sur son état au moment où les phénomènes se produisent.

- La Ruine en 1936 : Jeune domestique reconnue «malade» pendant la durée des troubles. - La Perrière (Orne) en 1846 : Jeune fille de 13 ans, son pouls variait entre 105 et 120 pulsations minutes - Lot et Garonne en 1949 : Jeune fille de 13 ans ressentant une certaine contraction à la poitrine allant parfois jusqu'à l'oppression. - Seyssuel en 1930 : Une fillette en proie à une crise nerveuse. Je sens que cela m'étouffe : une tasse se brise, j'étais très énervée. - Héricourt en 1932 : Jeune garçon de 13 ans, nerveux. Présentait depuis quelques temps un comportement inhabituel, bizarre. - Alpes Maritimes en 1936 : Garçon de 15 ans, l'attitude et les gestes parurent bizarres au cours de l'interrogatoire. - Deux Sèvres en 1943 : «Tout cela se passait indépendamment de ma volonté.»

La description de ces symptômes permet de conclure que les individus sont dans un état second qui s'apparente à la transe et montre une fois de plus l'unité des phénomènes Psi quant à cette condition indispensable pour leur production.

La hantise de Saint-Georges-du-Vièvre en 1930, est intéressante car il est le seul témoignage de ce type que nous connaissons : le curé a laissé son eau bénite et ses médailles de Saint Benoît dans sa sacristie et emploie une technique psychothérapeutique plus efficace. Extrait de la lettre : «... j'ai fait sauter la bonne de 14 ans que j'ai soupçonnée d'être un médium conscient ou inconscient. Le mal a cessé instantanément sans que je me déplace de chez moi. Quelques uns de mes confrères ont souri, d'autres ont blagué. je ne me prononce pas, je constate le fait seulement.» Faisant appel aux théories freudiennes de la libido, certains ont limité le problème en le réduisant à un désordre sexuel. La libido telle que la définit Jung éclaire beaucoup cette question. Elle est synonyme de l' énergie psychique en tant que valeur psychologique caractérisant avant tout l'intensité du processus en cours. Dans d'autres cas, l'adolescent est plus âgé, mais nous avons la quasi-certitude qu'il est toujours impubère. L'interprétation reste délicate en ce sens que le sujet n'est jamais seul et qu'il appartient à un groupe avec lequel il entre en réaction. Les expérimentations avec ces sujets en laboratoire donne rarement des résultats supérieurs à la moyenne. Le fait que cette jeune bonne ait une relation sexuelle ou s'éloigne du groupe revient au même : c'est une technique naturelle de psychothérapie qui transforme donc le champ des relations interindividuelles.

 

Articles en relation avec celui ci : 

 

(c) 1999-2015 Histoires et Mysteres v 3.0