le site de l etrange et des mysteres histoires et mysteres, esoterisme, voyance, etrange
Histoires et Mysteres, le site de l'etrange Ecoute ce qui se raconte loin de ton pays...
1.jpg
 

Il existe toute sorte de fantômes : des jeunes et des vieux, des solides et des nuageux, des visibles et des imperceptibles, mais jamais des méchants.

La définition des fantômes et des hantises est difficile à cerner. Les fantômes se manifestent dans un lieu bien particulier, c'est un fait essentiel. Puisque ces hantises sont localisées dans un château, une vieille demeure et dans certaines pièces à l'exclusion des autres, nous pouvons penser qu'il persiste une "émanation" provenant de ces lieux. Étant donné le nombre important de personnes qui voient ces fantômes ou entendent leurs bruits, on peut dire qu'il s'agit bien d'un phénomène objectif et indéniable. II serait trop facile et ridicule de parler d'hallucination comme certains rationalistes essaient de le démontrer. Les fantômes ont, en général, une apparence humaine. Ils sont d'ordinaire vêtus des vêtements qu'ils portaient à l'époque de leur vie terrestre. Parfois ils sont transparents, nuageux, comme entourés d'un halo, d'autres fois on peut croire qu'ils sont encore vivants tellement leur aspect est dense, matériel pourrait-on dire. Souvent, ils semblent entrer par une porte et traversent la pièce en se dirigeant vers une autre porte par laquelle ils disparaissent aussi silencieusement qu'ils sont entrés. Parfois encore, ils se "matérialisent" d'une manière impromptue et se dissolvent de la même manière, passant à travers les murs ou les portes closes. Tantôt ils marchent sur le sol comme les vivants tantôt ils semblent flotter en l'air, leurs jambes étant invisibles. C'est un peu comme s'ils ne parvenaient pas à matérialiser cette partie de leur corps.

fantomes

UNE EXPÉRIENCE EXTRAORDINAIRE

L'arrivée du fantôme est souvent précédée d'un vague sentiment de malaise, parfois on a la sensation d'une présence sans la voir, souvent aussi cette manifestation est accompagnée d'un courant d'air froid, voire d'un souffle glacé qui angoisse ceux qui sont confrontés au phénomène. La plupart des fantômes semblent indifférents à la présence de ceux qui les observent, et se livrent à leur occupation sans tenir compte des témoins de leur apparition. II faut également noter que dans certains cas ils ne sont aperçus que par quelques privilégiés. II arrive également qu'ils soient vus à plusieurs reprises dans un même lieu, de manière répétitive, par des gens non avertis et qui n'ont pu se communiquer leurs observations à ce sujet.
La physique moderne a dématérialisé la matière. Pour les physiciens, les atomes ne sont que des tourbillons d'énergie. Ainsi les mondes visibles et invisibles n'ont pas de frontière bien définie, ils s'interpénètrent et ce que nous appelons "l'Au delà" n'est que le monde qui est au-delà de nos perceptions mais non au-delà de la réalité.

LE GÉNÉRAL ET LE FANTÔME

Le général R.Barter, officier de l'armée anglaise, était connu et estimé de tous. En 1891, il faisait campagne aux Indes, dans le Pendjab. Une nuit, par un splendide clair de lune, tandis qu'il fumait un cigare à quelque distance de son bivouac, il entendit soudain le trot d'un cheval qui s'approchait. Le cavalier et sa monture s'immobilisèrent et Barter reconnut un lieutenant qu'il savait mort depuis un an. Cependant cet homme, qui avait l'habitude de se raser, portait maintenant un collier de barbe et paraissait beaucoup plus corpulent qu'il ne l'avait connu. Le cheval attira aussi l'attention du général. C'était un poney des montagnes avec une robe brune et une queue et une crinière noires. Le général Barter voulut s'élancer vers le cavalier fantastique et, ne pouvant l'attraper, il trébucha. Lorsqu'il se releva, le cavalier et sa monture avaient disparu.

Après enquête, le général apprit que le lieutenant avait laissé pousser sa barbe peu de temps avant sa mort et avait aussi beaucoup grossi. Son cheval, qui répondait point par point au cheval fantôme, avait été tué par une imprudence de son maître. Le général R.Barter ne pouvait connaître ces détails, ayant perdu de vue son officier depuis fort longtemps. Ce n'était donc pas des réminiscences qui avaient forgé l'apparition puisqu'elle possédait de récentes particularités. Ce ne pouvait, non plus, relever de la télépathie, le lieutenant étant mort depuis longtemps.

« Où finit le "rationnel" et où commence l' "irrationnel" ? demande Basarab Nucolescu, physicien, chercheur au CNRS. Beaucoup d'aspects qui ont été considérés à une époque comme irrationnels, bizarres, paradoxaux, sont devenus ensuite, par la démarche scientifique, rationnels, normaux, intégrés dans une description scientifique cohérente ». Ce genre de phénomènes, rejetés il y a peu d'années par la communauté scientifique, sont à présent étudiés, compilés et commentés par ces scientifiques.

« Avez-vous jamais eu l'impression d'avoir été en contact avec une personne décédée ? » demanda à ses lecteurs le "National Opinion Research Center " de l'Université de Chicago. 27 % des personnes interrogées répondirent par l'affirmative. Lorsqu'on ajouta les veufs et les veuves à cet échantillon, le résultat monta à 51 %. L'étude, répétée en 1984, démontra que 38% des adolescents reconnaissaient avoir eu ce genre d'expérience.

LE GRAND-PÈRE DE KÉVIN

Les histoires de disparus revenus pour aider à un moment critique un membre de leur famille, sont légions. En France, on a tendance à les taire, même à ses proches, de crainte d'être tourné en ridicule. Combien de fois m'a-ton raconté une expérience extraordinaire en me demandant de ne pas citer le nom des intéressés. II n'en va pas toujours de même à l'étranger, où les esprits sont plus ouverts à ce genre de phénomènes.

Ainsi, à la station de radio CFRB de Toronto, un jeune homme, Kévin, raconta aux auditeurs ce qui lui était arrivé alors qu'à dix-sept ans, il courait son premier marathon. A quatre kilomètres avant l'arrivée il fut tenté d'abandonner. C'était bien dommage après avoir subi des mois d'entraînement, mais ses forces l'abandonnaient: « Juste à ce moment, un autre coureur à peu près de mon âge me doubla, raconte Kévin. Je lui dis au passage que j'allais abandonner ». L'autre l'encouragea et le rassura, lui promettant de rester juste derrière pour le soutenir. Pendant le reste de la course, le jeune homme put entendre l'autre coureur derrière lui mais comme il se retournait après avoir franchi la ligne d'arrivée, il ne vit personne.

II eut la clé du mystère quelques jours plus tard. Feuilletant alors un album de famille, il trouva la photo d'un jeune homme vêtu d'une sorte de bermuda qui lui tombait sur les genoux, dans lequel il reconnut le coureur qui l'avait encouragé. C'était son grand-père à l'âge de dix-sept ans.

Le Pr. Charles Richet, prix Nobel de médecine, se demandait de quelle nature étaient ces apparitions : « Était-ce une empreinte, une émanation, était-ce le corps astral d'un être décédé, ou bien était-ce une force intelligente, non humaine ? »

LE PETIT GARÇON FANTÔME

Dans son ouvrage "L'Invisible et le Visible" , Andrew MacKenzie cite un cas qui lui fut raconté par Mrs Judy Miles, de Twickenham. Celle-ci assistait à une fête organisée chez des amis, pour un baptême, lorsqu'elle remarqua la présence d'un enfant qui lui était inconnu. Elle supposa que le petit garçon, âgé d'environ trois ans, était venu avec des adultes qu'elle n'avait jamais rencontrés chez ses hôtes.

« L'enfant avait des yeux clairs, précise Mrs Miles, un visage souriant, et portait des pantalons longs ainsi qu'un chandail blanc à col roulé. II courait parmi les autres enfants réunis pour dévorer des tranches de gâteau, mais lui-même ne mangeait pas. II ne disait rien et les autres ne semblaient pas le remarquer... Je n'ai plus pensé à lui jusqu'au moment où l'assemblée se clairsemant et les invités prenant peu à peu congé, j'ai remarqué qu'il n'était plus là. 

Le lendemain, se souvenant de lui elle demanda à sa fille, âgée de huit ans, si elle savait qui était cet étrange petit garçon. Celle-ci n'avait remarqué aucun enfant répondant à sa description.

« Ce soir-là, reprend Mrs Miles, nos hôtes de la fête du baptême venaient dîner chez nous. J'ai repensé au petit garçon mystérieux et demandé une fois de plus qui il était. Après un silence, une expression étrange a marqué le visage de notre invitée. Au bout d'un moment elle a demandé: "Avait-il des cheveux clairs et un visage joli comme le coeur ? Portait-il un tricot et un pantalon long ? "

« Quand j'ai acquiescé, elle m'a semblé surprise mais a alors expliqué qu'au cours des quatre années qu'elle avait vécu avec sa famille dans cette maison, elle avait souvent vu cet enfant. La première fois elle avait cru qu'il venait de la rue en le voyant monter l'escalier. Mais la porte d'entrée se trouvait fermée à clé et, en fouillant l'étage, elle ne l'avait pas retrouvé. II apparaissait toujours quand elle était seule à la maison ou quand les enfants jouaient en haut et n'étaient pas auprès d'elle. II ne parlait jamais, mais sa présence était audible en ce sens qu'elle pouvait par exemple entendre les pas légers comme ceux d'un enfant dans l'entrée tandis qu'elle était occupée à la cuisine et, dès qu'elle en sortait, elle le voyait remonter l'escalier en courant. Arrivé au premier palier, il jetait un coup d'oeil malicieux par-dessus la rampe en souriant, puis repartait jusqu'en haut. Quand elle se lançait à sa poursuite, il demeurait introuvable. Une fois, elle entendit son propre fils, lui aussi âgé de trois ans, bavarder tout en jouant seul dans sa chambre. Quand il descendit, il lui dit qu'il parlait au petit garçon qui venait parfois jouer avec lui. »

Ces apparitions se répétèrent environ une douzaine de fois en quatre ans. Jusqu'au déménagement des habitants de la maison qui se trouvait au 10 Amyand Park Road. Pendant le déménagement, l'enfant courait dans toute la maison, semblant inquiet et contrarié. Les déménageurs n'ont, apparemment, rien remarqué. Comme le disait Jean-Jaurès « La mort n'est qu'un déplacement d'existence ».

 

Articles en relation avec celui ci : 

 

(c) 1999-2015 Histoires et Mysteres v 3.0